Accueil // L'eau potable // Les procédés de traitement de l'eau

Les procédés de traitement de l'eau

Le traitement de l’eau dépend avant tout de sa qualité. L’analyse des paramètres de la qualité de l’eau brute permettra de déterminer les installations techniques nécessaires à son traitement. D’une manière générale, on distingue plusieurs procédés de traitement de l’eau.

Des procédés traditionnels...

Des pré-traitements peuvent être mis en oeuvre en fonction de la nature et de la qualité de la ressource, l’objectif étant d’éliminer les éléments physiques les plus grossiers. Ils consistent en un dégrillage, tamisage,  dessablage, déshuilage, débourbage.
Interviennent ensuite des procédés physico-chimiques voire biologiques qui là-aussi démontrent leur utilité : la décantation favorisée par la coagulation/floculation, la filtration et la désinfection. Cette dernière étape revêt une importance particulière car elle évite le développement de bactéries dans les canalisations d’eau potable.

Qui peuvent être complétés par d’autres filières.

Si les procédés précédents ne permettent pas d’obtenir une qualité d’eau conforme aux normes en vigueur, notamment face à la présence de pesticides, un procédé spécifique peut être mis en oeuvre en ajoutant à la filière traditionnelle une unité d’affinage sur filtres à charbon actif en grains et une désinfection par ultraviolets. Les molécules sont alors adsorbées par les pores du charbon actif.

Les procédés de traitement membranaire, l’avenir ?

Procédé actuellement en test à l’usine de la Nive pour une petite partie de sa production. L’UF ne requiert pas d’utilisation de produits chimiques et donc pas de sous-produit dangereux pour la santé. Cette technologie permet de produire une quantité importante d’eau potable. L’eau sous pression traverse une membrane poreuse qui retient les impuretés.

L’osmose inverse est la technique de dessalement de l’eau de mer pratiquée dans les pays aux ressources douces rares et à forte abondance d’eau salée. Cependant, celle-ci s’avère très complexe et génère un coût d’investissement et d’exploitation très onéreux.

Aller en haut de la page