Accueil // Questions/réponses

Questions/Réponses

/

Peut-on boire en toute sécurité l’eau du robinet provenant de l’usine de la Nive ?

L’eau du robinet constitue l’aliment le plus contrôlé. En effet, de très nombreuses analyses sont réalisées sur l’eau brute (eau de rivière non encore traitée) et sur l’eau traitée par l’Agence Régionale de Santé (ex DDASS) , auxquelles s’ajoutent les analyses effectuées par l’exploitant. Au total, ce sont plus de 10 000 analyses qui sont réalisées annuellement sur l’ensemble du processus de traitement. De très nombreux paramètres (165) sont contrôlés grâce à l’informatisation des données. Donc, oui, vous pouvez consommer sans modération de l’eau du L'Eau d'ici.

Pourquoi l’eau a parfois un goût de de javel ? »

L’eau de javel est en fait du chlore qui constitue la dernière étape de traitement qui est une garantie contre l’apparition de bactéries au cours de son transport. La localisation de votre habitation par rapport aux points d’injection de chlore sur le circuit de canalisation peut expliquer un goût plus ou moins présent de chlore. Il vous est conseillé de laisser décanter l’eau du robinet dans une carafe placée au réfrigérateur.

Pourquoi choisir de boire l’eau du robinet ?

L’eau du robinet coûte en général entre 100 à 150 fois moins cher qu’une eau embouteillée. En adoptant cette attitude, vous faites également un geste pour la nature puisqu’elle n’engendre pas de déchets (le plastique de la bouteille), d’émissions de gaz à effet de serre (le transport)... Rappelez-vous que c’est l’aliment le plus contrôlé.

Quelle est la différence entre une usine de potabilisation et une station d’épuration ?

Alors qu’une usine comme celle du L'Eau d'ici potabilise l’eau pour la rendre consommable, la station d’épuration permet de traiter les eaux qui ont été utilisées à votre domicile (eaux de toilettes, de lavage,...) pour qu’elle ne vienne pas polluer le milieu naturel (rivière, océans, ….). Mais attention, cette eau n’est pas potable.

L'Eau d'ici assure-t-il la distribution de l’eau potable aux usagers ?

Non, L'Eau d'ici est uniquement compétent pour produire de l'eau potable. Il se doit de délivrer à ses collectivités membres une eau de qualité afin que ces dernières puissent en assurer la distribution en toute sécurité. Si vous regardez votre facture, vous devez voir apparaitre une ligne « Part Syndicat mixte usine Nive ».

Quelle relation entretient L'Eau d'ici avec la Lyonnaise des Eaux ?

C’est une relation contractuelle entre une autorité publique organisatrice et responsable du service public de production d’eau potable, L'Eau d'ici, et une entreprise privée, c’est en droit public, une délégation de service public (DSP). Le syndicat a fait le choix de déléguer l’exploitation de l’usine de la Nive à ce gestionnaire privé pour une durée de 10 ans. Au terme du contrat soit en 2018, le syndicat aura le choix de reprendre en régie l’exploitation du service ou de conclure un nouveau contrat avec un opérateur privé.

Pourquoi L'Eau d'ici perçoit une part syndicale ?

Cette part syndicale perçue sur la facture d’eau de l’usager permet au L'Eau d'ici de financer l’ensemble de ses dépenses d’exploitation et d’investissement. En effet,  le syndicat se doit de financer tous les investissements structurants de l’usine. Ainsi, les réservoirs de stockage, la nouvelle station d’alerte sont autant d’opérations qui ont été financés par L'Eau d'ici et mis à disposition de l’exploitant pour la production quotidienne d’eau potable.

Que se passe-t-il en cas de pollutions sur la Nive ?

Les investissements réalisés par L'Eau d'ici ces dix dernières années ont permis de réduire ces risques. En effet, la mise en oeuvre d’une station d’alerte dernière génération permet de détecter la présence de pollutions dans l’eau puis de la confiner dans un bassin tampon adapté. L’objectif étant d’éviter la contamination des canalisations qui pourrait avoir par la suite des conséquences sur le traitement et la qualité de l’eau.
Si une pollution est détectée, le captage de l’eau dans la Nive est arrêté mais L'Eau d'ici continue à livrer de l’eau à ses collectivités membres grâce aux réservoirs de stockage d’eau potable mais aussi grâce aux interconnexions réalisées avec les autres producteurs d’eau potable. En hiver ce sont quasiment 2 journées qui peuvent être assurées contre 1 journée en été.

Est-ce que l’eau sortie des stations d’épuration est traitée pour être rendue potable et distribuée à nos robinets ?

Non, l’eau est dépolluée, c’est-à-dire que l’on a retiré toutes les matières en suspension qui se trouvaient dans l’eau. Par contre, les matières solubles (dissoutes) ne sont pas récupérées même si une partie d’entre elles reste « accrochée » à la pollution solide, qui elle est récupérée.

Les toutes petites particules comme les virus et les microbes ne sont en principe pas récupérées par les stations d’épuration. Cependant, les nouvelles installations sont de plus en plus équipées contre ce type de pollution. Quoi qu’il en soit, les stations d’épuration ont des performances permettant de garantir les seuils nécessaires aux eaux de baignade mais pas ceux de l’eau potable.

Pourquoi se sert-on d’eau potable pour les toilettes ? Ne pourrait-on pas utiliser une eau non traitée ?

Effectivement, l’eau des toilettes n’a pas besoin d’être potable et de plus en plus d’habitations modifient leurs installations pour utiliser les eaux de pluie. Par contre, il est nécessaire d’avoir une double installation (cuve de récupération, désinfection, canalisation, etc.…). De plus, seule l’eau potable garantit une absence de virus et bactéries dans un lieu ou généralement l’environnement est hautement à risque pour les utilisateurs. L’utilisation d’une eau non potable est donc possible moyennant un investissement important et un entretien régulier des installations pour garantir l’absence de risque de contamination.

Peut-on boire l’eau de pluie ou la neige ? Est-elle pure ?

L’eau est dite pure quand elle ne contient pas de minéraux (calcium magnésium pour les plus connus). L’eau de pluie et la neige sont donc effectivement pures et peuvent être bues mais n’offrent aucun intérêt pour le corps humain qui a besoin de sels minéraux ; c’est pourquoi on dit que dans le désert, il faut manger du sel pour limiter les  besoins en eaux.. Par contre, la pollution atmosphérique contamine l’eau de pluie et par conséquent la neige. Elles peuvent ainsi parfois présenter un caractère très dangereux si l’environnement est très industrialisé.

Quelle est la différence entre une eau de surface et une nappe phréatique ?

Une eau de surface représente une eau que l’on voit (source, rivière, fleuve, lac, océan), qui subit (ou bénéficie parfois) d’aléas liés à son environnement artificiel (pollutions) ou naturel (sécheresses, crues, flores/faunes). C’est une eau qui nécessite un traitement adapté de tous les instants pour la rendre potable car les éléments qui la constituent sont très divers et variables.

En comparaison, une eau de nappe souterraine (nappe phréatique, nappe alluviale, rivière souterraine, …) est relativement « protégée » des agressions de l’environnement par le sol et bénéficient généralement d’une bonne qualité ou alors d’un traitement relativement simple.

Pourquoi puise-t-on l’eau dans la Nive à Ustaritz et pas ailleurs (dans la Nive plus près de l’usine de traitement, ou dans l’Adour, …) ?

On puise l’eau à Ustaritz car lors des fortes marées de pleine mer, l’océan atlantique repousse l’eau des rivières vers l’intérieur des terres et contamine en eau salée l’estuaire des cours d’eau. L’océan remonte donc dans l’Adour puis dans la Nive jusqu’à Ustaritz. La prise d’eau de l’usine de la Nive a été installée à l’amont de cette remontée d’eau salée (appelée eau saumâtre) car le traitement du sel est particulièrement complexe et onéreux (osmose inverse pour dessaler l’eau de mer). Pour garantir l’absence de sel au niveau de la prise d’eau, L'Eau d'ici a également reconstruit le seuil d’Haitzé, créant une barrière physique contre des éventuelles remontées exceptionnelles d’eau salée.

Quand à l’Adour, en plus de subir de façon plus prononcée les marées hautes de l’océan, sa localisation est très excentrée par rapport au bassin de vie desservie par l’usine de la Nive. C’était donc plus logique et plus économique d’installer la prise d’eau de l’usine sur la Nive.

Aller en haut de la page